Sur Toxic Lesbian

Toxic Lesbian émerge à 2005 dans le contexte de l’art actuel et l’art d’action politique pour la reivindication du genre et de l’orientation sexuelle. Dés le debut développe des pièces d’art urbain et depuis 2009, Toxic Lesbian met à terme plusieurs projets d’art publique. De même et à partir de 2007 c’est le producteur des films d’animation d’Elena Tóxica.

Le modèle artistique de Toxic Lesbian implique du langage visuel à l’action directe et virtuelle. Celui est construit depuis de récherches sociales avec partenaires diverses. Art communitaire, art procesuel ou art publique selon l’artiste americaine Suzanne Lacy (“Mapping the terrain”), ces sont des mots clés pour ses projets. Toxic Lesbian a mené à terme des pièces diverses avec Lacy depuis 2010.

L’éphemère non commercial fait partie de l’essence des projets, facilement diffusables dans la web, en lien avec le manifeste ciberfeministe sur les technologies et l’Internet. Dans ce contexte Toxic Lesbian a collaboré avec l’artiste digital Shu Lea Cheang à 2011 et dans l’actualité.

Toxic Lesbian a developpé une partie de ses pièces avec quelques des plus importantes institutions artistiques et culturelles comme le Museo Nacional Centro de Reina Sofía, Centro de Arte Contemporáneo Matadero, Círculo Bellas Artes, Casa Encendida, Medialab-Prado de Madrid, Museo de Arte Contemporáneo de Castilla-León, Arteleku Donosti, Centro Andaluz Arte Contemporáneo de Sevilla; de même a participé dans quelques des plus remarqués manifestations d’art publique digital éuropeen comme la Transmediale ou le Festival de Fachadas Digitales; avec des centres sociaux et communitaires en Espagne, France ou Belgique; et avec de partenaires sociaux et de lutte pour les droits de l’homme comme Amnistie International, ILGA World, Women’s Link Worldwide Merhaba (Bélgique) CEAR (Espagne) ou plusieurs asociations LGBTQI locales.

 

DOWNLOAD ENGLISH TOXIC LESBIAN PUBLIC ART PORTFOLIO