Contes qui ne comptent jamais

Le control psychiatrique dans la société, espécialement parmi les femmes et lesbiennes

Atelier d’Art Contemporain au Círculo de Bellas Artes, Madrid (2010).

Atelier Open Up à Medialab-Prado, Madrid (2010).

Aides à la Mobilité Matadero 2010, Mairie de Madrid.

Festival Europèan de Facades Digitales2010, Transmediale.

Presentations au Centre de Culture Digital iMal à Bruxelles (Belgique), ainsi qu’au Public Art Lab Berlín (Germany).

En collaboration avec FEMASAM (Association pour la Santé Mental)

Atelier Funcionamientos, à Medialab Prado, Madrid (2012).

“Contes qui ne comptent jamais: ZeroEstigma” auprès d’un point de vue de genre et d’orientation sexuelle, ouvre le débat autour le rol du control psychiatrique dans la société, espécialement par rapport aux femmes et aux lesbiennes. De façon collaborative, personnes de tous les genres construisent l’image final du projet, cibler qu’est que c’est le stigmate en santé mentales. Le stigmate en santé mentale est un fait tabu, entouré de prejugées contre la dignité et installé dans tous les manifestations de notre entourage (moyens de Communications, littérature, cinéma…) et ils soutien les croyances d’une réalité honteuse qui doive être tenue dans l’ombr.

Le projet en tant que processuel et collaborative, commence en 2009 et il est construit d’après divers collaborations avec des institutions artistiques et culturelles jusqu’au 2011. Personnes avec des problèmes de santé mentale avec un diagnostique, terapeutes, familiels, activistes, de même que organisations comme Amnesty International, ILGA World, organisations locales LGBTQ et associations de santé mentale étaient représentés dans le parcours de “Contes qui ne comptent jamais”.

Le projet commence à l’atelier d’Art actuel du Círculo de Bellas Artes, puis avec l’atelier Open Up de Medialab-Prado et à la Casa Encendida, Madrid. Il reçoit les Aides à la mobilité Matadero 2010, mairie de Madrid, domaine des arts. Il est également sélectionné pour participer au Festival de Façades numériques 2010, Transmediale comme un événement citoyen et numérique connectant diverses villes en temps réel au moyen d’œuvres sur des dispositifs urbains et d’une connexion streaming. La conception de Toxic Lesbian a créé des dialogues simultanés entre groupes dans plusieurs villes, des rencontres avec des activistes et des personnes affectées, en direct lors des projections sur les façades numériques et des interviews. Le projet a été développé au Centre de Culture numérique iMal, Bruxelles (Belgique), au Public Art Lab de Berlin (Allemagne) et au Medialab Prado de Madrid (Espagne), avec la collaboration de FEMASAM (Fédération madrilène d’associations de santé mentale).

Cliquez sur les photos pour agrandir / Téléchargez 15 images en .pdf

Atelier d’Art actuel au Círculo de Bellas Artes : projet développé en collaboration avec FEMASAM (Fédération madrilène d’associations de santé mentale), en 2009, a produit pour sa réalisation des colloques, des séances de projection de films, des débats et des interviews avec divers agents dans le cadre de la recherche réalisée par Toxic Lesbian. Le projet a compté sur la participation d’usagers du système de santé mentale, des thérapeutes et des activistes tant du domaine de la santé mentale que LGBTQ, ainsi que des témoignages depuis l’organisation Amnesty International.

Interviews de femmes en thérapie de santé mentale

Carmen nous décrit des perceptions personnelles sur son expérience en tant que thérapeute de santé mentale. Elle évalue des opinions sur les cas de femmes qu’elle a traitées ; pour l’une d’entre elles, la possibilité que la folie soit expérimentée en tant que lieu où être pour des femmes dans des contextes déterminés et pour l’autre, la solitude en tant que rôle soigneur des femmes qui, en perdant les personnes dont elles s’occupaient, trouvent dans la santé mentale le lieu où être écoutées ; et finalement, comment les femmes, qui n’exerçaient pas les rôles officiels assignés, étaient persécutées et discréditées avec des termes du type « folle » ou « hystérique ».

Interview sur l’abus et la maltraitance psychologique en tant que contrôle

Ce témoignage recueille, spécifiquement chez des femmes, quelles méthodes sont employées comme moyen de torture, de contrainte et/ou de punition. La santé mentale est un champ relativement nouveau en tant que possibilité de torture, moins identifiable a posteriori face à la torture physique. De même, les paramètres à partir desquels la culture et la loi de certains pays peuvent exercer tout type de violence contre les femmes continuent à être intolérables.

Interview d’une femme lesbienne psychiatrisée du fait de son orientation sexuelle

Témoignage réel d’une femme lesbienne qui, depuis son contexte familial et socioculturel, est poussée au mariage avec un homme et rejette la relation sexuelle, étant victime de maltraitance : le viol.

Elle manifeste son orientation sexuelle, est psychiatrisée et suit un traitement médical du fait du contexte thérapeutique auquel elle est renvoyée.

Finalement, elle devient psychologiquement et matériellement autonome. Elle réussit à se séparer de son mari et vit actuellement avec sa compagne, une femme avec qui elle projette de se marier. Elle ne manifeste aujourd’hui aucun des symptômes pour lesquels elle recevait un traitement médical.

Interview d’une activiste lesbienne au sujet des demandes de soutien de femmes lesbiennes dans des services d’aide

En tant que volontaire à des postes d’attention aux lesbiennes, elle explique les besoins que les femmes, qui sollicitent cette aide, demandent le plus. Elle précise quelles sont les séquelles psychologiques que l’hostilité dans divers contextes envers leur option d’orientation sexuelle leur créé. De même, elle explique que, souvent en remarquant leur lesbianisme, elles se dirigent à des services de soutien psychologique comme première mesure.

Interview de femmes lesbiennes psychiatrisées

Témoignage de cette activiste pour les droits LGBTQ en Équateur, apportant des fichiers sonores (programmes de radio) et visuels (photographies de faits et compositions réalisées pour leur projection) autour d’affaires, ayant fait l’objet d’enquêtes et dénoncées en Équateur, de femmes lesbiennes psychiatrisées contre leur volonté du fait de leur orientation sexuelle.

Colloque-débat 19 octobre 2009 Círculo de Bellas Artes, Madrid

Premier colloque-débat réalisé le 19 octobre à l’Atelier du Círculo de Bellas Artes entre personnes de profil divers sur le problème du stigmate dans la santé mentale et comment il touche divers collectifs, parmi lesquels celui des femmes et des homosexuels. Goya, Zoe, Teresa, Raquel, Mar, entre autres ont défendu des opinions divergentes à ce sujet. Il n’y a pas eu de position intermédiaire dans leurs points de vue marqués par des visions plus personnelles ou, au contraire, par leur expérience professionnelle.

Colloque-débat 20 octobre 2009 Círculo de Bellas Artes, Madrid

Luna, Juan Carlos, Raquel, Teresa, Isabel et Elena ont débattu sur les relations entre la libération du mouvement LGBTQ, féministe, en autres comme modèle pour d’autres collectifs comme celui des personnes présentant des problèmes de santé mentale. Elles ont également abordé différents points de vue quant au suicide et à son évaluation.

Colloque-débat 21 octobre 2009 Círculo de Bellas Artes, Madrid

Elvira, Antonella, Miriam et Estella ont débattu sur le rôle de l’éducation dans le contexte tant de prévention de problèmes liés à la santé mentale que du respect et de l’intégration sociale de ces collectifs, ainsi que du sens de « maladie mentale » face à la définition de « système ».

Colloque-débat 22 octobre 2009 Círculo de Bellas Artes, Madrid

Ana, Juan Carlos, Luna, Juanjo et Antonella ont débattu sur le rôle des associations d’usagers de santé mentale, des familles et de l’Administration dans ce contexte, ainsi que sur le processus de revendication des droits civils de ce collectif.

Colloque-débat 23 octobre 2009 Círculo de Bellas Artes, Madrid

Plusieurs personnes invitées ont débattu d’un point de vue féministe sur des sujets liés à la santé mentale et aux femmes, lesbiennes ou non, analysant si l’orientation a été et est un aspect déterminant tant dans leur psychiatrisation que dans leur traitement ou que dans l’approche personnelle de leur problématique en soi.

 

Convoqué par Medialab Prado, cet atelier dirigé par Nerea Calvillo, a sélectionné plusieurs projets (http://medialab-prado.es/article/open_up_proyectos_seleccionados), en 2010, pour leur production sur la façade numérique de la mairie de Madrid, coordonnée par ce laboratoire. L’initiative de Toxic Lesbian a réuni sur la Plaza de Las Letras, au moyen de diverses actions sociales sur des pièces conçues pour ce support, à des représentants de la société civile.

 

En collaboration avec Medialab-Prado, Madrid, (Espagne); iMAL, Bruxelles (Belgique); Public Art Lab, Berlin (Allemagne) au Festival Européen Media Facades; Maison Arc en Ciel, Bruxelles; ILGA; avec le soutien de Ayudas a la Movilidad de Matadero, Mairie de Madrid, 2010.

Le projet fut partie du Festival Européen de Media Façades 2010, étant sélectionné par trois des six villes participants: Madrid, Bruxelles et Berlin (capital du Festival) auprès de ses espaces artistiques Medialab-Prado, iMAL et Public Art Laboratory.

Ensuite de la visualisation du projet dans ses façades, Toxic Lesbian travaillais avec des interlocuteurs, collectifs et autres à partir de la création présentielle et virtuelle par Skipe, stream, YouTube, Facebook, Twitter, etc.

Personnes avec des problèmes de santé mentale avec un diagnostique, terapeutas, familiels, activistes, nous proposent un débat Madrid-Bruxelles connecté par vidéoconférence et retransmis par Internet, autour une construction critique de le stigmate de la “follie”.

 

 

Ce projet aborde la situation dans le milieu professionnel des personnes présentant une maladie mentale. Il se développe dans le contexte de «Fonctionnements », atelier sur la diversité fonctionnelle, convoqué par Medialab et élaboré au Matadero, Madrid, fin 2012.

Pour cette proposition, Toxic Lesbian collabore avec des personnes du milieu de la santé mentale, des associations telles que l’association Alonso Quijano, ainsi que des personnes individuelles, des thérapeutes et des sources du milieu de l’entreprise.

Durant les deux phases de l’atelier et à partir des dialogues créés avec différents agents (personnes présentant une maladie mentale, psychologues, designers, etc.), divers prototypes environnementaux pour des contextes professionnels divers ont été créés. Ces prototypes peuvent être de nature technique, liés à des messages sur le stigmate dans la santé mentale dans le milieu professionnel, conception d’espaces utilisables pour ces mêmes contextes afin de favoriser des rencontres de dialogue ou des documentaires recueillant des recommandations dirigées aux entreprises.

ZeroEstigma fait partie de la proposition de Toxic Lesbian sur la santé mentale et la diversité fonctionnelle débutée en 2007.

Séances de recherche au Medialab, atelier « Fonctionnements » sur le stigmate dans la santé mentale et le contexte professionnel :

Débat développé avec des personnes usagers du système de santé mentale, des participants à l’atelier de « Fonctionnements » de Medialab et de Toxic Lesbian, décembre 2012

Débat développé avec des personnes usagers du système de santé mentale, des thérapeutes de santé mentale du système sanitaire madrilène et des participants à l’atelier de « Fonctionnements » de Medialab et de Toxic Lesbian, décembre 2012